Charpentier, menuisier, ébéniste?

On me demande souvent: « Seb, c’est quoi ton domaine? La charpente? La menuiserie? L’ébénisterie? »

Jusqu’à il y a quatre ou 5 ans, je pensais en toute honnêteté être menuisier: pour moi, l’ébéniste définissait un artisan qui s’attèle à la réalisation de meubles à partir d’essences communes de bois (et donc peu onéreux) qui sont plaquées d’essences de bois plus noble.
A l’époque, je n’étais pas loin de penser que cette pratique n’avait d’une certaine manière rien à envier à celui qui colle un autocollant turbo à l’arrière de sa Renault Fuego ce qui éthiquement parlant m’en éloignait fortement. Et puis mon argument principal – et néanmoins erroné – était qu’au contraire de ce que je pensais être de l’ébénisterie, je mettais en œuvre du bois massif non plaqué.

Or je retrouve souvent une confusion dans la bouche des gens entre les différents corps de métier liés au bois. Et même si la frontière entre les différentes pratiques sont parfois ténues, voici un peut le fruit de mes réflexions et de mes recherches:

La Charpente est le domaine du travail du bois qui porte le moins à la controverse: le domaine de la charpente recouvre la conception, la taille et la pose de structures en bois mises en œuvre dans le gros œuvre du bâtiment. La charpente touche directement à la structure du bâti et on parle de charpente de couverture, de plancher, de ponts, de machines, etc… Source wikipedia. C’est du lourd, du costaud. Les sections des pièces peuvent excéder 25cmx25cm et il est nécessaire de mettre en œuvre des machines de levage pour permettre le déplacement des pièces.

La Menuiserie. Le mot provient avec une grande vraisemblance de la contraction de deux mots: « menue » et « huisserie » (petites fermetures par opposition aux portes des châteaux qui barraient l’entrée aux assiégeants). La menuiserie s’attèle donc à la réalisation des fermetures du bâtiments: portes, fenêtres, volets et persiennes. En tout état de cause, aux réalisations rattachées au bâti (plancher, escaliers, aménagement, etc…). Et j’en veux pour preuve que le métier de menuisier est un métier réglementé qui nécessite l’obtention d’un CAP pour pouvoir exercer et qui fait l’objet d’une garantie décennale dans le cadre de son activité.

L’Ebénisterie provient étymologiquement du mot ébène et traduisait traditionnellement l’aptitude d’un artisan à plaquer un meuble d’une essence différente et de plus grande noblesse que l’essence de bois qui constitue la structure du meuble. L’artisan peut s’installer à son compte sans nécessairement être titulaire d’un quelconque diplôme.

Je précise « traditionnellement », parce que si je m’en réfère à Wikipédia, la définition de menuisier (que je trouve personnellement un peu succinte et légère) ou d’ébéniste donnée par le site se rattache à la forme traditionnelle de chacune des deux professions.

Or, il me semble que ces deux métiers ont évolué au cours des dernières décennies et le menuisier aujourd’hui se définit davantage comme l’artisan qui travaille différentes matières (dont le bois bien évidemment, mais également l’aluminium et le PVC) pour la fabrication de réalisations qui vont venir et améliorer le bâtiment en tant que tel (escaliers, fenêtres, parquets, cloisons, etc…) tandis que l’ébéniste est davantage rattaché à la réalisation de meubles qui sont autonomes et donc indépendants du bâti.

D’ailleurs si les différents sites que j’ai pu consulter ne sont pas totalement unanimes, un consensus semble néanmoins se dessiner. Si l’un d’entre eux reste flou sur la différence entre ébéniste et menuisier en se rattachant à une définition plutôt classique de chacun des deux métiers, les autres se rattachent à l’idée que le menuisier travaille effectivement sur le bâti en mettant éventuellement en œuvre des matériaux autres que le bois pour réaliser des portes, des fenêtres, installer du parquets, concevoir et fabriquer des escaliers, poser de l’agencement (des meubles attachés au bâti, donc) pendant que l’ébéniste lui produit des meubles autonomes en bois massif (plaqué ou non) dans une démarche, et c’est sa spécificité, plutôt teintée de création artistique.
Alors, on n’est bien d’accord, ce n’est pas la force du nombre qui donne un caractère véridique à ce type de définitions mais il faut bien avouer qu’il y a tout de même une certaine cohérence dans cette manière de tracer les lignes de séparation entre ces deux disciplines.

Une manière simple (et simplificatrice, je le reconnais), s’il me fallait résumer le propos: si la réalisation vous suit au cours d’un déménagement, c’est de l’ébénisterie. Si elle doit rester sur place, c’est de la menuiserie.
A moins que vous ne déménagiez de Vierzon à Pitibon-sur-Saône avec les volets sous le bras auquel cas, je serai en mesure d’estimer qu’il s’agit d’une activité qui relève purement et simplement du sabotage d’article de blog!

Ainsi, si à l’époque j’étais convaincu que la menuiserie correspondait au type de réalisations que je faisais, le domaine du travail du bois que j’embrasse est en réalité et sans aucune ambiguïté l’ébénisterie.

Alors… Viva l’ébénisteria! Viva!

Chaise traditionnelle galloise
Chaise traditionnelle galloise (de type Windsor)

Sources
https://www.artisan-ebeniste.com/difference-ebeniste-menuisier/
http://www.esm-tn.com/quelles-differences-entre-un-menuisier-un-ebeniste-et-un-charpentier/
https://www.vallon-faure.com/toutes-les-breves/vie-de-lentreprise/differences-entre-menuisier-vs-ebeniste/
https://travaildubois.wordpress.com/2017/11/13/1-la-difference-entre-un-menuisier-et-un-ebeniste/
https://www.laculturegenerale.com/charpentier-ebeniste-menuisier-difference/

7 réflexions sur “Charpentier, menuisier, ébéniste?

    • Justement là est également le point de l’article. Si la distinction de faisait à l’époque de cette manière, les frontières ont visiblement beaucoup bougé.
      Aujourd’hui, on parle de menuisier en PVC, menuisier Alu. La menuiserie n’est donc à priori pas une activité artisanale associée à la matière que l’on travaille et donc à fortiori au niveau de transformation du bois que l’on travaille, non?

  1. Bonjour, On est toujours interrogé par ce terme d’ébéniste ou de menuisier, le premier ayant une connotation plutôt artistique et le deuxième plutôt fonctionnelle. De même le charpentier et le menuisier se sont disputés le travail pendant le Moyen-Age, l’ébéniste et le menuisier se sont confrontés ensuite. Si tu as la possibilité de trouver  »Mobilier du Moyen Age » par Jacques Thirion, c’est très documenté et le Livre de Kjellberg sur le « Mobilier Français du XVIIIème siècle ».
    Je fais un résumé car se sont 2 gros pavés : on nous apprend qu’au XIII ème siècle le travail du mobilier jusque là travail de charpentier dit de « grande cognée » devient le travail d’ouvrier de « petite cognée » : le menuisier qui travaille le bois menu. C’est en 1382 que le Parlement édicte le règlement de petite cognée et grande cognée, très stricte : défense formelle d’utiliser pour fabriquer du mobilier la longue scie dite »Cosnebert » ou le long cran, la varlope, l’herminette à double manche (?) etc… Obligation d’utiliser du bois merrain fendu avec une coutre. Tout cela repris par Louis XI 1467 (déjà les prémices du DTU…)
    Ca rigolait pas car si un meuble ne correspondait on pouvait aller jusqu’à le bruler.
    En plus de l’amélioration des technique d’assemblage, sont ensuite distingués le « ymagiers » qui réalisaient des panneaux décoratifs sculptés, particulièrement à la Renaissance.
    Puis 2 métiers bien distincts : les menuisiers et les ébénistes comme tu nous le décrit, réunis dans une même corporation (les menuisiers sont obligés d’accepter les ébénistes) et les règles ont perduré après la révolution malgré la suppression des corporations : les menuisiers travaillent au XVIII eme le bois massif, sculptent parfois et fabriquent essentiellement les sièges; les ébénistes feront les autres meubles au XVIIIème, mais ce n’est pas toujours aussi tranché. Pour les spécialistes, le XVIIIème siècle français est l’apogée du meuble et il semble que rarement les 2 métiers ont empiété les uns sur les autres au point même qu’à Paris à cette époque jusqu’au XIXème, ils habitent et travaillent dans 2 quartiers distincts :ils sont français et habitent le quartier de Bonne Nouvelle pour les menuisiers et faubourg Saint Antoine pour les ébénistes lesquels pour 1/3 sont d’origine flamande sous Louis XV ou germanique sous Louis XVI.
    Tous encadrés par des règles corporatives très très strictes depuis le XVIIème jusqu’en 1789.
    Entre autres, des jurés de la corporation surveillaient le travail et apposaient la jurande JME sur les meubles = Jurande des Menuisiers Ebénistes.(à partir de 1743 et peut-être déjà en 1720)
    Il n’y avait donc pas de distinction de qualité entre menuisier et ébénistes .
    Et parallèlement, les différentes sociétés de compagnonnage.
    Voila le résumé.
    Donc pas de soucis, Sébastien : pour un homme du XVIIIème, tu es un menuisier, pour aujourd’hui tu es un ébéniste, et moi , un bricoleur.
    Bien cordialement
    Philippe

    • « Obligation d’utiliser du bois merrain fendu avec une coutre. Tout cela repris par Louis XI 1467 (déjà les prémices du DTU…)
      Ca rigolait pas car si un meuble ne correspondait on pouvait aller jusqu’à le bruler. »
      La norme Afnor n’est pas venu longtemps après 😀
      Un grand merci pour cette mise en perspective historique, riche et détaillée, Philippe!
      A très bientôt

  2. Bonjour
    Grande question qui est posée par notre ami Seb;
    Sans me référer au passé, je n’ai pas scindé le travail du bois comme toi:
    pour les charpentiers, le ciblage est simple bien qu’avant ils avaient dans leur panoplie, la fabrication des escaliers .
    pour mes menuisiers, là çà se complique car aujourd’hui certains enseignes dites de menuiserie n’ont même pas une raboteuse ou un bout de bois sous leur toit. Elles se limitent à la pose parfois la fabrication de « menuiserie » alu ou pvc. Mais pour le bois, c’est une autre histoire. Pour cette catégorie je pense que c’est la nature de l’activité ou le parc machines qui déterminent la qualification de menuisier.

    Et tout le reste serait donc des ébénistes! pardonnez moi mais j’ai des doutes.

    Comme Seb l’a si bien décrit, l’ébénisterie consiste à travailler des bois de placage et autres matières nobles, collées sur des structures porteuses. La qualification d’ « ébéniste  » au sens actuel, est capable de concevoir de magnifiques réalisations en bois massif et autres, mais peut être parfaitement incompétente pour travailler le placage au sens ornemental, afin de produire un pièce remarquable.
    Dans la catégorie couverte sous le terme d’ ébéniste, il faut distinguer deux métiers voisins mais de niveau différent, indéniablement.
    Roubo parlait de menuisiers en meubles, et je trouve que cette définition reste bonne.
    Alors personnellement je dis que je travaille le bois et j’évite cette classification.
    Seb je te rejoints dans ta conclusion, vive le bois!!
    Claude

  3. Bonjour Sébastien,

    Tout d’abord félicitations pour ton blog, je me délecte de lire tous tes articles très bien informés.
    Pardonne-moi l’intrusion dans ces commentaires, mais je n’ai pas réussi à trouver de coordonnées mail ou autre pour te contacter directement.

    Je suis en plein questionnement sur une reconversion pro dans les métiers du bois. Après plusieurs années passées derrière un bureau, j’envisage de me former dans la menuiserie d’agencement, car c’est visiblement là que se trouve le chemin le plus direct vers l’emploi.
    Je fabrique des meubles sur mon temps libre depuis 2 ans, de façon amateur, dans un appartement de taille similaire au tien et j’y trouve beaucoup de plaisir. Travailler avec le bois m’attire beaucoup de manière générale, car très tangible et a l’oppose de ce que je fais comme métier actuellement (dans le numérique, donc le « virtuel »).

    Le seul problème, comme tu le dis si bien dans ton article, c’est que menuisier au sens moderne ne veut plus vraiment dire travailler en massif, mais concerne plutôt la pose et le second œuvre lie au bâtiment via l’utilisation d’un large panel de matériaux. J’ai peur de m’engager dans quelque chose qui finalement ne me plaira pas et visiblement de ce que j’en lis ailleurs (et ce qu’on m’a dit et répété), fabriquer des meubles et en vivre est extrêmement difficile voir irréaliste.
    J’en arrive au point de non-retour avec mon travail actuel, qui est confortable, mais ne m’apporte plus aucune satisfaction et en devient insupportable. Je souhaiterais donc agir pour au moins essayer de faire quelque chose de différent pendant un temps, et me frotter a la réalité de ce qu’implique devenir menuisier par les temps qui courent.

    Pour orienter mon projet, j’essaye actuellement de collecter des témoignages et conseils directement auprès de personnes qui en savent beaucoup plus que moi dans le domaine. J’aurai donc voulu savoir si tu accepterais de me donner ton avis sur mon projet, soit ici directement ou par téléphone si jamais tu aurais un peu de temps à me dédier.

    En te remerciant chaudement d’avance,
    Yoann

    • Salut Yoann,
      C’est une bien vaste question et je crois que nous sommes nombreux à ressentir une perte de sens dans nos métiers respectifs.
      Ce n’est pas pour dire qu’il faut renverser la table et tout plaquer mais pour dire qu’à force de tableurs et de KPI, il est bien difficile de masquer la difficulté que l’on peut avoir à adhérer à cette course effrénée à l’efficience et à la performance imposée par le monde moderne.
      Je n’ai pas de réponse toute faite et je pense que si la voie de la reconversion dans ce domaine n’est pas toute tracée, il appartient à chacun de trouver son chemin en accommodant un idéal avec la réalité du contexte économique.
      Bon courage à toi pour cette entreprise. Je te souhaite du bonheur et du succès à la réaliser.
      Sébastien

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s