Ce n’est pas la colle qui chie qui colle…

« Ce n’est pas la colle qui chie qui colle mais c’est la colle qui pousse la colle qui chie qui colle… »

Le collage est une opération délicate s’il en est.

Pourtant dans le principe il s’agit d’une étape on ne peut plus simple dans le procédé de réalisation d’un meuble: on prend deux morceaux de bois, on les enduit de colle et on les serre. Enfantin, non?
Oui, sauf qu’un collage mal réalisé peut virer à la catastrophe. Et une opération de collage est toujours plus complexe à réaliser qu’elle ne pourrait laisser croire…[Lire la suite]

Publicités

Au prix où les cales sont…

(… non, je sais, la blague est douteuse mais on ne se refait pas!!!)

Aujourd’hui je vais parler serrage et nature du matériau bois.

Le serrage est une opération tout ce qu’il y a de plus simple. Il suffit de prendre les deux pièces, de prendre un serre-joint et les serrer?

Mouais…

Il existe des cas un peu plus tordus et l’objet de cet article n’est pas de chercher à déterminer qui de la presse parallèle ou du serre-joint à came aura la barre la plus longue, non, l’objet de cet article est de discuter d’un cas de serrage auquel j’ai été confronté et d’expliquer la manière de se tirer d’affaire.

La réalisation sur laquelle je travaille en ce moment nécessite de coller deux planches chant contre chant. Jusque là rien de plus classique.  A ceci près que le chant opposé de l’une des deux pièces présente de la flache, la flache de la planche brut de sciage dont elle est issue.
Étant donné l’importance des efforts en jeu lors du serrage, l’utilisation de serre-joint sans adaptation aurait écrasé l’arête de la flache contre la surface de serrage du serre-joint entraînant un écrasement, une déchirure et un endommagement irrémédiable des fibres du bois…

On peut se tirer d’affaire très simplement en réalisant des cales qui… [Lire la suite]

Jamais deux sans trois…

Dans la lignée de la sortie de « Les Rabots: l’essentiel » et de « Les Etablis, Théorie, Conception, Fabrication, Utilisation », cette année les Editions Du Vieux Chêne nous gratifient d’une excellente nouvelle: l’annonce de la sortie en français du livre de Robert Wearing, « The Essential Woodworker »!

Projet de couverture de l’édition française.

Après les rabots et les établis, ce nouvel ouvrage quitte le monde des outils, de l’atelier et de Christopher Schwarz pour plonger dans un tout autre domaine: celui de la technique.

Et je peux d’autant plus aisément évoquer ce bouquin que j’ai lu la version anglaise du livre éditée par The Lost Art Press, une excellente maison d’édition spécialisée dans les techniques traditionnelles du travail du bois.

Parce que creuser la technique, c ‘est bien de celà dont il s’agit, de technique du travail du bois et de travail du bois à la main bien évidemment!

Il s’agit, à l’instar des autres publications des Editions du Vieux chêne, d’une véritable bible: un livre qui expose et dissèque méthodiquement les connaissances indispensables et les tours de main nécessaires à la réalisation de A à Z d’un meuble en utilisant les techniques traditionnelles du travail du bois à la main. Non content d’en dresser la liste et de les approfondir, il les ordonne, les agence, les dispose de manière à former un tout cohérent et efficace dans la production de meubles en bois.

Pas de chichis, pas de blabla.
Juste un contenu particulièrement exhaustif d’un auteur particulièrement rigoureux, souligné par plus de 500 illustrations d’une clarté limpide, des illustration simples, complètes et sans fioritures. « La Menuiserie: l’essentiel », c’est propre, c’est net et sans bavures et c’est tout ce que j’aime.

A nouveau, il s’agit là d’un ouvrage essentiel encore pour apprendre ou approfondir sa pratique du travail du bois à la main. La sortie du livre est annoncée pour l’automne 2019.

Choisir son premier rabot

C’est une question qui m’est souvent posée: « Et s’il ne devait en rester qu’un, lequel conserverais-tu? »
Et cette question parfaitement identique mais formulée différemment: « Je débute, je n’ai pas les moyens d’investir dans un jeu de rabots, quel rabot choisir pour ne pas me tromper et ne pas me ruiner? »

La variété des rabots traditionnels qui sont aujourd’hui disponibles n’est en rien comparable avec le nombre démesuré d’outils modernes qui peuplent les rayons de nos GSB… […lire la suite]

De l’arbre à l’ouvrage

L’hiver commence à poindre et les jours déclinent alors pour meubler les longues soirées, voilà une autre pépite trouvée en vagabondant sur la toile…

C’est un film qui retrace l’ensemble du cycle du bois, de l’abattage à l’ouvrage abouti et tous les métiers qui y gravitent,  et suit un compagnon menuisier qui se replace dans un contexte du travail du bois en première partie du XXème siècle.
J’y retrouve beaucoup de gestes que j’utilise avec les outils à main.  Mais il n’y a pas de secret: à l’époque ils étaient comme nous…  Moins c’est laborieux, mieux on se porte.

Ainsi les gestes et les outils ont évolué au cours des générations d’artisans pour atteindre une efficacité maximale en faisant une dépense énergétique minimale.

Alors assis bien au chaud dans un fauteuil, au dehors la brume froide et épaisse enveloppe la nuit dans les côteaux, je me prends à rêver de voir un cours d’eau couler au pied de la maison, et de me faire bercer par le ron-ron d’une scie qui débite une planche dans une grume fraîchement abattue…!

Les établis – Théorie, Conception, Fabrication, Utilisation

J’ai longtemps eu une grande affection pour les tables de camping.

C’est certainement le souvenir de vacances passées avec les tasses de Ricoré et de chocolat qui disputent la place aux brioches et autres bouteilles de jus d’orange sur une surface qui tient plus du timbre poste que de la piste de bowling.
Il y a aussi les rires, les histoires, les pleurs d’enfants et les plaies au genou, les câlins réconfortants et les parties de jeu de société. Et le bruit que l’on entend depuis la tente des gouttes de pluie de l’orage qui s’abattent sur la surface en formica et qui remplissent les verres que l’on a oublié de rentrer…

Il y a un an, presque jour pour jour, je postais un article qui parlait du manque criant de sources d’informations en français sur le travail du bois à la main et de la sortie, très attendue dans le milieu, de la bible sur les rabots qu’est l’ouvrage de Christopher Schwarz « Les rabots, l’Essentiel« , ouvrage traduit par Yann Facchin et publié par Les Éditions Du Vieux Chêne (evdc.fr)…

Eh bien j’ai le bonheur de vous annoncer que Les Éditions Du Vieux Chêne remettent le couvert avec un second ouvrage sur les établis: « Les établis – Théorie, Conception, Fabrication, Utilisation » qui vient tout juste de paraître.  Il s’agit de la traduction du livre « Workbench – From Design and Theory to Construction and Use » toujours écrit par le même auteur et toujours traduit par Yann.

Ques ako donc que ce bouquin-là? Ce n’est rien d’autre qu’une Encyclopédia Universalis beaucoup plus digeste mais tout aussi complète sur cet élément indispensable de l’atelier qu’est l’établi.
Élément indispensable dans l’atelier?
Oui. Et je pèse mes mots.

J’en parle avec d’autant plus de conviction que je suis moi-même passé de l’établi pliable de 15Kg d’une marque grand public d’électroportatif à un établi Roubo de 180Kg (détail de sa réalisation ici) et que pour le travail du bois à la main, c’est tout simplement le jour et la nuit! Plus de saut de gazelle de l’établi à travers la pièce. Les débits sont maintenus fermement pour un travail efficace… Quand on frappe, les mortaises se creuses. Vraiment. Quand on rabote, les copeaux volent, pas le support…

Et ceux qui construisent savent le bonheur de travailler sur un établi bien conçu, bien pensé et réalisé par ses soins aux petits oignons…

« Les établis – Théorie , Conception, Fabrication et Utilisation » est un livre qui vous met à disposition toutes les armes pour s’attaquer à ce type de projet. Il s’attache à comprendre l’architecture d’un établi de construction traditionnelle, dissèque quatre formes d’établi classiques, critique leur conception, discute le choix des essences et des assemblages utilisés, décrit les techniques de construction et donne les étapes de la réalisation. Les accessoires et la mise en œuvre de ces établis sont également présentés pour pouvoir en tirer le meilleur parti et surtout vous assister et vraiment vous aider dans vos réalisations.

Avec ce livre, vous pourrez choisir le type d’établi le plus adapté à votre pratique, décider en toute connaissance de cause des accessoires et autres dispositifs dont vous allez l’équiper pour ensuite le réaliser. Et un établi, ce n’est pas exactement comme un meuble de salon. Ça s’apparente plus à une table de ferme. Rustique, massive et solide mais conçue pour ne jamais vous faire défaut.

L’avantage de le réaliser soi-même?
C’est de se heurter à la mise en œuvre de techniques d’assemblages traditionnels que l’on pourra ensuite décliner dans nos réalisations. Et si le résultat n’est pas esthétiquement parfait? On s’en fout: personne ne le verra.
Ah si! Vous… comme une petite piqûre de rappel à l’atelier pour que vous ne commettiez pas la même erreur lors de vos futurs projets!

Le livre, c’est au bas-mot 200 pages sur le sujet, agrémentées de 25 plans et 350 photos, le tout imprimé sur un papier de qualité, dans une reliure à couverture cartonnée rigide. 1Kg de connaissance que l’on lit comme du petit lait dans le style inimitable de Chris Schwarz. Ah… et puis un détail qui a son importance: le prix reste très raisonnable pour ce type d’ouvrage.

Et maintenant vous avez tout entre les mains pour passer de la table de camping à la grande table de ferme et vous n’aurez plus d’excuse à dire qu’il n’y a pas suffisamment de place pour le pot de Nutella!

Soutenez un savoir-faire vieux de plus de 160 ans!

Nous sommes déjà de plein pied dans le XXIème siècle.  Siècle de la téléphonie mobile, de l’avènement de l’internet, des réseaux sociaux et du 2.0.

Et aujourd’hui, comme depuis plus de 160 ans, une entreprise Tarnaise produit des râpes à bois piquées à la main, des outils de sculpture et de façonnage pour le bois, la pierre, le plâtre et d’autre matières encore, et possède un savoir-faire traditionnel incomparable qui perdure depuis des générations.
Elle a mis entre les mains d’artisans et d’artistes des outils d’une qualité exceptionnelle et leur a permis de réaliser des œuvres tout simplement magiques.
Je pense notamment au Maître Sam Maloof qui a délaissé les râpes industrielles et s’est tourné vers les râpes traditionnelles produite par la Forge de Saint-Juéry.

Aujourd’hui l’entreprise Forge de Saint-Juéry a besoin de notre soutien et lance une campagne de financement participatif pour que cette activité traditionnelle perdure, pour que continue la production de ces outils d’exception et pour que soit conservé cet incomparable savoir-faire.

Alors que vous soyez fans d’outils à main, passionnés par le travail de la matière ou tout simplement soucieux que des savoir traditionnels survivent à la culture du 2.0, partagez, participer, en un mot et en un seul, soutenez-les!

https://www.tudigo.co/don/sauvons-le-savoir-faire-auriou

Et parce que quelques images valent mieux qu’un long discours…

Après les rabots, les établis!

Les éditions du vieux chêne persistent et signent…

Je vous avais parlé de la sortie de la traduction du livre « Handplanes essentials » de Christopher Schwarz et édité par les éditions du vieux chêne: « Les rabots, l’essentiel ».

Eh bien la maison d’édition, qui s’attache avec courage à mettre à la disposition des boiseux francophones des ouvrages traitant des outils et techniques traditionnelles du travail du bois, la maison d’édition donc remet le couvert en annonçant la sortie d’un nouveau livre: « Les établis: de la théorie et conception à la fabrication et l’utilisation » du même auteur.

Christopher Schwarz n’est plus à présenter: auteur de nombreux livres sur le travail du bois à la main, il est le créateur de la maison d’édition américaine « Lost Art Press » et est un des fondateurs de la fabrique d’outils « crucible tools ».

Alors « Les établis: de la théorie et conception à la fabrication et l’utilisation », ques ako?

On ne va pas tourner autour du pot: c’est une bible pour qui veut construire son établi.  Une mine d’information, de technique, de trucs et d’astuces mis à la disposition de celui qui veut se lancer dans cette aventure extraordinaire et ô combien gratifiante de la construction de son propre établi (et je fus moi-même un de ceux-là!!).

L’auteur, dans cet ouvrage, passe en revue les architectures classiques des établis (cinq architectures différentes dont les établis traditionnels français, le fameux Roubo et l’établi anglais) en s’attardant sur les organes principaux (presse frontale, latérale, système de maintien de pièces dont les valets, etc…), détaille bien évidemment les techniques de construction, fait le tour des techniques d’utilisation de cet outil extraordinaire et discute des différents accessoires et autre accastillage pour avoir dans son atelier un outil parfaitement adapté à votre pratique.

C’est d’ailleurs une source importante sur laquelle je me suis appuyé lors de la conception et la réalisation de mon établi et c’est une référence qui vient en complément du livre « les rabots, l’essentiel », à mettre au même titre que lui entre toutes les mains des passionnés du travail du bois et du travail du bois à la main!

Le MOOC Anatomie du Bois est ouvert!

Le MOOC Anatomie du Bois est ouvert depuis 2 semaines et les inscriptions sont possibles jusqu’au 3 mars 2018.

Un MOOC, qu’est-ce que c’est?
MOOC, c’est l’acronyme de « Massive Open On-line Classes », autrement dit, des formations en ligne ouvertes à tous.

Et concrètement?

C’est un programme de 5 semaines dispensé par l’Université de Lorraine sous forme de vidéos (avec pour chaque semaine, une vidéo interactive qui reprend les notions essentielles).
Marie-Christine Trouy présente son cours sur l’anatomie du bois, en s’appuyant sur des présentations powerpoint de très bonne qualité et l’illustre de vidéos très pédagogiques non seulement qui mettent en évidence les phénomènes décrits mais aussi nous emmène faire des visites sur le terrain, en forêt, et dans une entreprise de transformation du bois.
C’est la fin de la semaine 1, j’en suis là des cours et il y en a d’autres à venir!

Suivre ce cours, c’est un travail qui nécessite environ 5h par semaines avec un questionnaire à la fin de chaque paragraphe et une évaluation à la fin de chaque semaine.

Une vidéo vaut toujours mieux qu’un long discours…:

Et pourquoi l’anatomie du bois???
Parce que travailler le bois à la main nécessite une compréhension fine de la matière pour en tirer le meilleur parti: le travail du jour ne dépend pas du nombre de barres plongées dans le cœur d’un réacteur mais de la quantité de muesli ingérée le matin!

Je ne peux donc que vous conseiller de rejoindre l’amphi virtuel dans lequel j’ai pris place en cliquant ici:

https://www.fun-mooc.fr/courses/course-v1:lorraine+30003+session03/about

Ah, et puis détail qui a son importance…  On a la chance de vivre dans ce pays où tout le monde peut acquérir la connaissance et s’asseoir sur les bancs de l’université, fût-elle numérique.
Ce cours est gratuit!